Données historiques sur le système circulatoire lymphatique


Dans la Grèce antique, les écoles d’Hippocrate et d’Aristote citaient l’existence de vaisseaux ne contenant pas du sang, mais un liquide transparent appelé "sanies". Une description plus précise fut donnée par Euristrate et par l’anatomiste Hérophilos.


Dans les 10 éme et 11éme siècle après J.-C., des chercheurs arabes décrivirent la circulation lymphatique.


C’est au 17éme siècle que de grands progrès furent réalisés, après l’obscurantisme des siècles précédents. En 1622, le savant italien Asseli démontre chez le chien l’existence des vaisseaux lymphatiques.

En 1647, Jean Pecquet découvrit et donna son nom à une citerne dans laquelle se déversent une partie des troncs collecteurs lymphatiques (nous savons actuellement que seulement 8 à 10% de la population possèdent cette citerne).

Le même Pecquet décrit le canal thoracique et, en 1653, l’angle jugulo sous-clavier gauche, appelé actuellement par les lympho-thérapeutes le Terminus.

Dans la même période, le Danois Thomas Bartholin décrit le système lymphatique.


Au 19 éme siècle, l’anatomiste français F. Sappey met au point l’atlas de la circulation lymphatique qui, bien que beaucoup amélioré, est toujours valable.


Au début du 20 éme siècle, le Français Rouviére publie une étude du système lymphatique profitant des progrès réalisés dans la recherche des colorants et des substances de contraste injectés dans les cadavres pour étudier l’anatomie du corps humain.

Le drainage lymphatique a comme ancêtre le chirurgien Winiwarter qui préconisait dans les années 1890 une action externe pour traiter ou activer le système lymphatique.

En 1932, Emil Vodder, physiothérapeute, biologiste et philosophe, réalise ses premières études du système lymphatique. Il découvre, en traitant un patient atteint d’une sinusite chronique et d’acné au visage par des légers massages circulaires, la méthode du Drainage Lymphatique Manuel selon Vodder.

En 1936 il présenta sa méthode au salon de la santé à Paris et créa l’Institut de drainage lymphatique à Copenhague, des centres d’enseignement à Essen en Allemagne, à Walchsee en Autriche, à Lausanne, et petit à petit, dans le reste de l’Europe.

En 1984, il reçut le prix "Willhelm Rohrbach" pour ses travaux en physiothérapie. La liste des chercheurs et des personnalités reliés à la lymphologie serait trop longue à énumérer, mais on ne peut pas omettre de mentionner des personnalités telles que : Asdonk, Kuhnke, Collard, Leduc et Földi.